#5 L’envoûtement de Lily Dahl

Bonjour bonjour tout le monde ! 

Je vous demande pardon pour ce retard, dont je vous donne les explications un peu plus bas avec mes impressions sur ma cinquième lecture ! Demain, j’essaierai de vous préparer d’autres articles, il faudra aussi que je fasse le bilan de janvier… Parce que je n’ai pas été très présente ! 😦

 

lily dahl

 

L’histoire / Que dit la 4e ? 

Dans une petite ville du Minnesota, où jaser donne la mesure du temps, Lily Dahl, jolie serveuse de dix-neuf ans, rêve de Marilyn et d’ailleurs. Toute à ses désirs de fuite, elle se laisse séduire par un mystérieux peintre new-yorkais de dix ans son aîné et épouse sa vocation d’actrice en décrochant un rôle pour une pièce de théâtre. Jusqu’à ce qu’une série de phénomènes étranges vienne donner à sa jeunesse le parfum capiteux du danger.

 

Ce que j’en pense

 

Le fait que je publie un article avec du retard veut dire deux choses : la semaine de travail a été particulièrement tendue et épuisante (communication de crise, vous connaissez ?) ce qui fait que j’ai préféré dormir que lire en rentrant, ou bien ma lecture a été un calvaire sans nom.

Le weekend dernier, j’ai choisi mon livre de la semaine 5. Dès le début de ma lecture le vendredi soir, j’ai senti que ça n’allait pas le faire. Le samedi matin, j’étais clouée au lit, toujours malade, donc je n’ai pas lu. Le samedi après-midi, je partais en famille faire un anniversaire, donc je n’ai pas lu. Je ne revenais chez moi que le dimanche soir, un peu épuisée par ces deux jours, et j’avais lu en tout… 15 pages. La semaine qui a suivi n’a pas été simple au boulot : beaucoup de pression. Hier soir, j’avais lu 115 pages sur 317 : la cata ! Aujourd’hui, ça a donc été marathon lecture 🙂

Au stade où nous en sommes, vous comprenez bien que cette lecture a été un véritable chemin de croix ! D’ailleurs en recopiant la 4e de couverture, je me demande si l’éditeur a vraiment lu ce livre : pour moi ça ne correspond pas du tout à l’histoire.

Commençons par le style d’écriture : pour information, le bouquin n’est scindé qu’en trois parties intitulées sobrement 1, 2 et 3. A l’intérieur de ces parties, il y a, toutes les quatre pages environ (je dis ça au hasard en fait) un saut de ligne. Tout le texte est présenté au kilomètre, oui oui. Alors pardon, autant le bouquin est une perle rare, autant l’histoire nous tient en haleine jusqu’à la fin, ici c’était juste la mort. J’ai besoin de pauses dans la lecture, et surtout de structuration.

C’est bien le reproche que je fais à ce livre, il n’y a pas vraiment de structure. C’est une histoire de vie ordinaire pendant les trois quarts du livre. Avant les cinquante dernières pages, où il commence enfin à se passer quelque chose d’intéressant, le récit n’est qu’une suite de descriptions et d’actions inutiles, qui ne font presque jamais avancer l’histoire et qui font plutôt passer les personnages pour des obnubilés psychotiques (d’ailleurs c’est pas totalement faux).

Ce qui m’amène à l’histoire et aux personnages. Lily Dahl est pour moi une petite capricieuse psycho et non pas une jolie serveuse de dix-neuf ans (je sais, l’un n’empêche pas l’autre). Pendant toute la lecture, je me disais « mais sérieux, c’est quoi son problème à cette nana ? » Pendant toute l’histoire, la fille jongle entre sautes d’humeurs, désœuvrement, lubies étranges, obsessions malsaines et narcissisme incontrôlé. Vous l’aurez compris, j’aurais pas pu être copine avec elle.

Ceux qui gravitent autour d’elle sont pour la plupart normaux, ou à peu près. Berthe, Vince, Mrs Wright, Hank sont plutôt raisonnables, terre à terre et somme toute civilisés, Mabel, malgré son histoire, ses failles, ses manies ou ses réactions, se montre tout de même correcte, intelligente et stable. Et puis il y a ceux qui font l’autre partie du récit : mystérieux et flippant. Ed Shapiro, le peintre dont Lily tombe amoureuse, aurait pu être une piste intéressante pour l’histoire. Mais c’est retombé comme un soufflé et toute idée ingénieuse pour ce livre a été avortée.

Non, l’élément pertubateur, qui arrive donc dans la dernière partie, se joue entre d’autres personnages. Lily, Martin l’amoureux bègue et dans une moindre mesure, Frank, Dick et Dolorès. Je ne vais même pas expliquer ce qu’il se passe parce que je n’ai pas bien compris : l’auteur a simplement introduit dans mon esprit des doutes, des débuts d’explications qu’elle a sans cesse fait évoluer, pour finir par couper court à tout éclaircissement. En effet, à la fin du livre, on n’a aucune explication sur le pourquoi du comment. Alors j’ai envie de dire : tout ça pour ça ?

Première déception dans mes lectures du challenge 52 livres en 2016, et pas des moindres !

 

Tant pis, pour la semaine #6 de mon défi lecture, je vais me jeter sur Les privilèges de Jonathan Dee ! 😀

Dee privilèges_0

 

Et vous, comment a été votre semaine lecture ? 🙂 Au fait, je passerai un peu plus de temps sur vos blogs dans deux semaines, j’aurai quelques jours de vacances 😉

 

A très vite !

Imagimarion

 

Publicités

3 réflexions sur “#5 L’envoûtement de Lily Dahl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s