#7 Let the sky fall

Coucou les livrovores ! 

Je crois que le rendez-vous du bilan hebdo va passer définitivement au samedi : il se passe toujours quelque chose qui me met en retard ! 🙂 Cette semaine de vacances, je n’ai même pas pu lire les trois livres que j’avais emportés, je me suis contentée de Let the sky fall, que j’ai lu sur deux jours, hier et avant-hier. Belle découverte, dont je vous parle tout de suite !

 

 

 

let-the-sky-fall,-tome-1---let-the-sky-fall-625444-250-400

L’histoire / Que dit la 4e ?

Personne ne s’explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l’ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n’avait pas le moindre souvenir de son passé – à l’exception du beau visage d’une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s’accroche à l’espoir qu’elle ne soit pas qu’un fantôme.

Il ne croit pas si bien dire. L’inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n’a rien d’humain. C’est une sylphe, une créature liée au vent, qu’elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l’histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l’existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n’a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c’est la mort qui l’attend.

Les nuages s’amassent à l’horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert… Survivront-ils à l’orage qui se lève à l’horizon ? Retrouvez la patte unique de Shannon Messenger, de dialogues malicieux en scènes d’affrontements homériques, pour une histoire fantastique où brille une fois encore son immense inventivité.

 

Ce que j’en pense

 

Vous devez savoir que c’est la première fois que je m’essaie 1) au young adult et 2) à la fantasy (corrigez-moi si ce n’est pas le bon genre de ce roman, je n’y connais rien, honte à moi !) Eh bien Let the sky fall a plutôt été une bonne surprise !

Quand j’ai attaqué ma lecture, j’ai d’abord été un peu déstabilisée, voire ennuyée : j’étais face à deux adolescents, avec des réactions d’adolescents, et une écriture limite simpliste. Combinés à une histoire, certes ancrée dans la réalité mais qui relève quand même du fantastique, ces éléments m’ont donné l’impression que ma lecture serait assez pénible.

Pour tout vous dire, je crois toujours qu’on n’est pas ici dans de la grande littérature. De plus, il m’a été quasiment impossible de m’identifier aux héros, deux personnages de dix-sept ans. J’ai également été un peu agacée par la personnalité d’Audra, dans la mesure où celle-ci possède une rigueur presque sans faille, une force de caractère et une force physique presque inégalables. Dans la mesure où cette jeune fille de seulement dix-sept ans pourrait presque sembler être aussi sage (de la sagesse ^^) que quelqu’un de quarante ans. Dans la mesure où tout le malheur du monde repose sur ses épaules, dans la mesure où elle se sent si coupable qu’elle expie ses fautes par une dureté d’existence difficilement imaginable. Bien sûr, c’est mon esprit terre à terre qui dit ça : j’ai du mal avec les héros sans défauts, ou même avec des défauts qui n’en sont pas.

Ne vous méprenez pas : j’ai bien apprécié Audra, mais j’en parlerai plus tard ! Parlons un peu de l’histoire. N’étant pas une habituée du genre, j’ai eu bon flair de choisir un roman qui se passe dans le monde réel (bien que je l’aie choisi un peu au hasard, le voyant passer sur plusieurs de vos blogs). Le fait que l’histoire se déroule sur notre Terre, dans notre monde, avec nos codes, m’a aidée à ne pas me sentir larguée dès le départ. L’alternance de points de vue entre Vane et Audra permet de mettre en place l’histoire. L’auteur ménage bien son effet : les éléments sont distillés au fur et à mesure, donnant des indices sur la vérité ultime du contexte. Du moins, c’est ce que l’on croit. Car jusqu’à la fin, rien n’est sûr, rien n’est définitif.

Quant à l’action elle-même, elle monte en puissance petit à petit. A partir du tiers du livre, je n’avais plus envie de m’arrêter afin de savoir ce qu’il se passerait à la page suivante. Honnêtement, je m’attendais à une fin en apothéose. Je sais qu’il y a deux autres tomes, alors c’est peut-être la raison de cette séquence assez modérée. Ceci dit, pour le coup, je n’ai pas trouvé l’écriture aussi puissante qu’elle aurait dû l’être pour ce qu’il se passe vers la fin.

Parlons de Vane. J’ai bien conscience que c’est un jeune garçon que l’auteur a voulu craquant, drôle, honnête et par-dessus tout, bon et pur. Il est donc presque parfait ! Une bonne dose de malheur dans sa vie ainsi que des faiblesses assez adorables et le garçon fait craquer tout le monde. Je ne me moque pas : je relève juste des éléments qu’on retrouve assez souvent j’ai l’impression dans le young adult. Mais je l’aime bien quand même ce petit (haha ^^). Sa façon de se comporter avec Audra plairait d’ailleurs à toutes les jeunes filles… Un bon point pour lui ! Sa détermination est louable et j’aurais préféré, comme je l’ai dit plus haut, que l’écriture fasse plus honneur au déploiement de ses capacités. Je prends un exemple tout simple : Audra a parlé à Vane plusieurs fois de la souffrance qu’il éprouverait sûrement. Mais au moment crucial, c’est passé comme une lettre à la poste : j’ai eu une petite impression d’inachevé sur l’expression de ses sensations et ressentis.

Quant à Audra, en voilà une héroïne. Belle, intelligente, forte, dévouée corps et âme à sa cause. Même constat que pour Vane : on dose parfaitement la balance forces/failles, ce qui nous fait éprouver pour ce personnage plein de qualités beaucoup de compassion. J’ai tout de même trouvé cette technique un peu tirée par les cheveux pour Audra : la fille, à partir de l’âge de sept ans, a vécu une vie de militaire surentraînée, brisée par la mort de son père et le rejet pur et simple de sa mère qui la rend coupable de tout ce qui est arrivé de mal. Elle-même en est si persuadée qu’elle décide d’expier ses fautes en vivant dans un tas de ruines, entièrement dévouée à son travail, et capable pendant dix ans de ne plus se nourrir et d’acquérir une force et une maîtrise de son art sans égales. Je ne suis pas sûre qu’il existe une adolescente dans ce monde possédant une force de caractère et une honnêteté si développées. Bon, je critique, je critique… Mais je critique plus la construction du personnage que le personnage lui-même. Comme pour Vane, on s’attache à Audra et on retient son souffle à chaque page pour savoir ce qui va lui arriver. Elle semble aussi, en effet, être une jeune fille idéale.

Bon, j’ai soulevé plusieurs petits défauts dans ce roman, mais je pense que c’est dû au fait que ce n’est pas le genre de littérature que j’ai l’habitude de lire. Je pense surtout que lire une histoire dont les héros sont des adolescents demande une véritable adaptation. Ce n’est pas spécialement mon truc, mais je me suis laissée emporter par l’histoire et j’ai décidé de me procurer le tome 2 (encore faut-il que je le trouve !) C’est donc une lecture chouette, agréable et prenante que j’ai eue cette semaine, j’en suis très heureuse !

 

 

Pour la semaine #8 de mon défi 52 livres en 2016, je reviens à une lecture davantage terre à terre avec Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman. Terre à terre certes, mais qui promet une véritable envolée dans la vie de l’héroïne…

 

demain est un autre jour

 

 

Et vous, comment a été votre semaine lecture ? 🙂

A propos, je suis désolée de ne pas avoir tenu mes promesses pour la blogosphère : cette semaine de vacances a été bien remplie et je n’ai pas pu faire autant de choses que je l’aurais voulu. Je vais quand même vous préparer un autre tag (j’ai été désignée par La drôle de Frimousse) et j’espère avoir le temps de compléter #unmoisdeplanner (j’étais censée faire une photo par jour, haha). Quant aux bilans, on verra plus tard… Et pour Lumière sur un article, il va falloir que je retourne voir vos blogs tout de même !

 

A très vite !

Imagimarion

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s