#9 Les Claxton / Le jeune Archimède

Bonjour tout le monde ! 

Miracle ! Je suis à l’heure pour mon bilan hebdomadaire ! En même temps, ma lecture de la semaine était Le jeune Archimède d’Aldous Huxley, un petit Folio contenant cette nouvelle et une autre du même auteur, Les Claxton. Une toute petite tricherie qui m’a permis de rattraper un peu mon retard, pour votre plus grand plaisir bien sûr :p Retrouvez donc ci-dessous ce que j’ai pensé de ces deux nouvelles !

 

 

71DxLqPLllL

 

L’histoire / Que dit la 4e ?

En vacances en Italie, le narrateur et sa femme font la connaissance du petit Guido, un enfant du village ; il ne sait ni lire ni écrire, mais est incroyablement doué pour la musique et les mathématiques. À six ans, il est capable de démontrer le théorème de Pythagore plus simplement qu’Euclide ! Aldous Huxley fait preuve d’un humour et d’une humanité qui placent ces deux nouvelles parmi les plus belles pages de l’auteur du Meilleur des mondes.

 

Ce que j’en pense 

 

Les Claxton

Cette nouvelle parle de la vie d’une famille dans les années 1910-1920, avant puis pendant la guerre. Les Claxton, le père, la mère, la fille et le fils, sont végétariens, proches de la nature et près de leurs sous. Les parents délivrent à leurs enfants une éducation basée sur la non-violence, la sagesse intérieure, les bons sentiments, la modicité.

Ça n’a pas l’air folichon comme ça, et ça ne l’est pas effectivement : l’auteur en fait pourtant un sujet humoristique très fort et se moque gentiment de cette famille « baba cool » avant l’heure. Il démontre avec humour jusqu’où on peut aller pour respecter son mode de vie et sa spiritualité, aussi absurde cela soit-il.

Des classiques schémas familiaux de rivalité entre sœurs jusqu’à la mauvaise foi de celle qui pense faire mieux que tout le monde mais à qui ça ne réussit pas… Tous les ingrédients sont là pour remettre en cause la tendance à tout remettre en cause. Ce récit démontre aussi que l’être humain est bien mystérieux dans sa construction psychologique : essayez d’imposer votre vision par l’auto-responsabilité, cela échouera. Durcissez le ton pour fixer des limites et apprendre le raisonnement, cela portera un peu trop ses fruits. Ah ! l’éducation.

 

Le jeune Archimède

Si ce récit prête à sourire, le dénouement se révèle surprenant mais dans le mauvais sens du terme. J’ignorais qu’Aldous Huxley maniait si bien le sarcasme ; en même temps, pour un auteur de romans de science-fiction, ou d’anticipation, c’est assez logique. Ses romans en particulier, ont vocation à dénoncer : pour imaginer le monde dans le futur, quoi de mieux que des situations aberrantes jaugées avec sarcasme par l’auteur ?

Passons : ici, nous ne sommes pas dans le futur. Nous sommes en Italie, à une époque où le gouffre entre les classes sociales était encore plus creusé qu’aujourd’hui, où les relations entre elles étaient encore plus imperméables. La force de cette nouvelle, c’est la description du décor et des personnages. C’est un véritable tableau qui est peint par l’auteur : ça ne veut pas dire, au passage, que c’est facile à se représenter. Je crois même justement, que c’est l’inverse.

En revanche, là où on ne peut pas se tromper, c’est sur les protagonistes. Si cela fait sourire, c’est pourtant tout le malheur de cette histoire, qu’on n’aurait pas pu s’imaginer. La beauté et l’innocence ne sont pas perceptibles par tous, et dès lors qu’on souhaite forcer le destin, travestir ou rendre malléable une essence pure, on ne peut que briser leur charme.

 

Je ne sais pas laquelle des deux nouvelles j’ai préféré. Dans tous les cas, on n’a pas seulement ici un récit humoristique : c’est un véritable constat amer qui est présenté sur la société, par le biais de deux familles, des relations intra-familiales, des relations avec les autres. Dans ce sens, je crois que la 4e de couverture n’est absolument pas révélatrice du contenu.

Ça ne prend pas beaucoup de temps à lire, donc foncez ! C’est une belle réflexion qui est à mener avec cette lecture.

 

 

 

Pour la semaine #10 de mon défi 52 livres en 2016, je vais lire La carte du temps de Félix J. Palma. Un roman qui m’a attirée par sa couverture et m’a convaincue par sa 4e enchanteresse. Mais cela faisait quelques temps que je le lorgnais dans ma bibliothèque sans oser l’attaquer : après des débuts si prometteurs, comment ne pas risquer d’être déçue ? Nous verrons bien !

lacartedutemps

 

 

Et vous, comment a été votre semaine lecture ?

Bon, bon, je n’ai encore rien fait de mon côté de tout ce que j’avais prévu… ça viendra mes amis !

 

A très vite !

Imagimarion

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s