#26 Crime et couches-culottes

Coucou les petits choux !  

Me voici de retour, un peu plus tard que prévu, pour le bilan de ma lecture #26 ! A découvrir un peu plus bas… 

 

 

 

crime-couches-culottes

L’histoire / Que dit la 4e ?

Un mari avocat, une petite fille adorable, des jumeaux malicieux et une belle maison dans le Connecticut : en apparence, Kate Klein est une femme comblée. En réalité, son mari est submergé de travail, elle passe son temps à courir après ses enfants et s’ennuie ferme dans une petite ville où il ne se passe jamais rien.
Jamais rien ? Invitée chez sa voisine, Kate la découvre morte, un couteau planté dans le dos. Elle décide de mener l’enquête.
Facile à dire, car dans le quartier les langues ne se délient pas facilement. Sans compter qu’un vrai détective n’est pas censé jongler avec les horaires des crèches, des cours de musique et des sorties au square… Entre deux tournées de lessive, Kate réussira-t-elle à démasquer l’assassin ?

 

Ce que j’en pense 

Après plusieurs lectures assez éprouvantes sur la réalité du monde qui nous entoure, j’avais envie d’un roman un peu plus léger, une fiction divertissante dont on sait que chaque élément est pure invention et n’a aucun écho dans notre histoire et notre vie. Et un truc assez court aussi. Le seul livre qui contenait ces caractéristiques que j’ai trouvé dans ma bibliothèque était donc Crime et couches-culottes de Jennifer Weiner, que j’avais acheté il y a plusieurs années et dont je pensais vraiment que c’était un roman bit-lit bourré d’humour que je plierai en deux-deux. Que nenni !

On a affaire à une véritable enquête criminelle, avec la construction d’un mystère digne d’un polar, des pistes qui s’enchaînent, et un puzzle qui se met en place et qui s’explique dans son intégralité à la fin. J’ai admiré cela ! Le dénouement réserve même des surprises ! J’ai bien aimé la double histoire qui se construit sur deux périodes différentes, comme le passé qui livre les clés du présent. Kate, l’héroïne, mène son enquête et progresse de chapitre en chapitre, faisant intervenir des personnages ou des situations ensuite expliqués par des retours dans le passé : la rencontre entre les protagonistes, certaines scènes, certains choix, qui ont un impact dans le présent…

Je n’ai pas apprécié les clichés en veux-tu en voilà du mode de vie américain. Si réellement ça se passe comme ça aux Etats-Unis, au secours. Le roman en était farci, l’auteur a fondu son héroïne dans ce décor, noyant toute émancipation dans les bonnes mœurs outre-Atlantique. Je n’ai pas aimé non plus le style d’écriture, plutôt scolaire, notamment des descriptions. Qu’on parle de personnage, de maison ou d’objet, on a droit, avant l’action, à une description complète digne d’une rédaction de 6e ou d’une fanfiction : ce n’est ni subtil, ni dosé, ni distillé intelligemment dans le récit.

Dans l’ensemble, j’ai quand même apprécié ma lecture, bien qu’elle m’ait semblé interminable sur la deuxième moitié. Ce n’est pas de la grande littérature, mais ce n’est pas non plus une littérature facile. Il y a une réelle construction psychologique de l’héroïne, pour qui ça ne finit pas non plus tout rose dans le meilleur des mondes.

Je vous conseille ce roman pour une pause entre deux excellents livres, car c’est une lecture légère, mais sympa et plus aboutie que ce que je pensais au départ !

Verdict : sympa.

J’ai bien envie pour ma prochaine lecture de commencer La Passe-miroir tome 1… Qu’en pensez-vous ? 🙂

Et vous, que lisez-vous en cette période de fêtes ?

 

A très vite !

Imagimarion

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s