#8 Adolphe a disparu

Coucou les choux !  

Je n’ai malheureusement pas pu venir vous voir cette semaine, mais je n’ai pas pris de retard dans ma lecture ! Deux petits romans plus tard, me voici pour vous livrer mon ressenti du premier, Adolphe a disparu d’Eric Metzger. En route pour le bilan #8 !

 

 

 

L’histoire / Que dit la 4e ?

« Elle m’a brusquement quitté un jeudi soir. Je ne m’y attendais pas. Autour de moi, tout s’est écroulé, les murs, le ciel et mes pensées. Et puis il y a eu ce coup de fil de ma mère. En sanglots, elle m’explique qu’Adolphe, un vieux chat asthmatique, a disparu au beau milieu du bois de Boulogne. Et alors ? Elle me supplie de l’aider à le retrouver. En temps normal, j’aurais refusé. Mais je n’en avais pas la force ; c’est ainsi que l’aventure a commencé… »

Ce que j’en pense 

C’est avec son deuxième roman, Adolphe a disparu, que je découvre Éric Metzger écrivain. Une activité aux antipodes de son personnage télévisuel, une diversité d’horizons que je trouve riche et appréciable.

Le héros de ce récit est un parisien trentenaire qui vient de se faire larguer. Au plus bas, la plupart de l’action va se dérouler entre sa mère et lui-même. Un huis-clos de quelques heures, une paire de jours, qui va lui permettre de faire sortir son mal hors de lui. Entre non-dits et douloureuses vérités, le héros va vivre un « voyage initiatique » dans la périphérie ombragée de Paris, en lui-même.

Le double discours de l’auteur m’a marquée : d’abord la toile de fond, le contexte dans lesquels se déroule l’histoire sont vecteurs de tolérance, un thème auquel je suis sensible vous le savez. La diversité dans sa plus pure essence et sans faux-semblants si je puis dire. Ensuite, le travail que fait le personnage sur lui-même bien sûr. Un épisode douloureux de la vie fait toujours remonter les blessures enfouies : le sujet ici est justement de les accepter, de les extraire de cette boule qu’on peut avoir dans la gorge et qui nous empêche de respirer.

Avec des dialogues simples et vrais, une narration à la première personne et cette profusion, et cette confusion de sentiments et d’idées, en décrivant le mal que l’on peut ressentir dans sa poitrine, dans son ventre, l’auteur parvient à traduire ce que nous avons tous dû vivre un jour, il parvient à réveiller des sensations même dans notre corps, pendant la lecture. Cette douleur qui puise ses racines bien plus loin que dans le présent, bien plus loin qu’en surface.

Parfois, j’ai pu trouver la narration trop parlée et les dialogues trop littéraires. Parfois, juste. Mais la sincérité et la justesse prennent le pas. C’est un court roman, avec une « histoire à prétexte », très réussi. Une plongée dans un univers de solitude et d’incompréhension (le héros, sa mère, les chats abandonnés, les prostituées…) où l’on trouve la solidarité dans les différences – ou plutôt, les spécificités.

L’analogie de l’histoire du héros avec la vie des chats, la situation de la mère, comme une mise en abîme, est touchante : l’abandon par ceux que l’on aime, en qui l’on avait confiance, qui nous nourrissaient, entraînant la solitude. Puis, trouver ce qui nous sauve : sa propre mère, des chats à soigner, une femme engagée…

Je dirais, empruntant ces mots, « c’est l’histoire de la vie » 😉 et elle mérite d’être racontée : ici, c’est joliment accompli, sans mièvrerie.

Verdict : à découvrir, c’est la vie racontée, sans mensonge.

 

 

Au milieu de mon week-end familial, j’espère avoir le temps de vous concocter mon bilan de La liste de mes envies de Grégoire Delacourt que j’ai dévoré. Tout en continuant ma lecture du Livre sans nom.
Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

A très vite !

Imagimarion

 

Publicités

2 réflexions sur “#8 Adolphe a disparu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s